Le chien et l'homme


On peut parler de la très ancienne histoire d'amour entre le chien et l'homme. C'est certainement dans la coopération entre ces deux chasseurs que les relations se sont progressivement nouées et il est probable que le type d'organisation sociale des meutes ait facilité la fusion qui s'est peu à peu opérée.
La vie du chien en meute est aujourd'hui tout à fait marginale et la plupart des chiens vivent avec l'homme, le plus souvent dans son intimité familiale. Ce sont les modifications comportementales engendrées par cette situation qui vont nous intéresser.

LA FAMILLE-MEUTE
L'homme et le chien sont tous deux des animaux sociaux et leur association implique que se crée un système hiérarchisé comprenant le moins possible de situations pour lesquelles il n'existe pas de rituel fixant la conduite à tenir. L’homme a tendance à rechercher des modes de relation entre individus de plus en plus subtils. C'est ainsi que les relations dans le travail, dans la famille, ne sont plus régies par des relations de dominance vigoureusement affirmées par l'un des protagonistes; il serait même socialement dévalorisant pour celui qui domine « légalement » de le faire savoir avec trop de netteté (on parlerait alors d'abus d'autorité). Dans ce cas, lorsqu'il y a interaction entre deux individus, ce sont les subtilités du langage et des intonations qui vont coder les informations concernant le rang hiérarchique de chacun. Avec le chien, une telle organisation est vouée à l'échec, car il n'y a pas de différence notable entre la façon dont il analyse les informations sociales en meute ou en famille humaine. L'animal repère la dominance des comportements correspondant à des situations claires et signifiantes pour lui, comme manger, utiliser l'espace, pouvoir obtenir l'attention des individus de sexe féminin - chiennes ou femmes. On peut décrire deux types d'organisation homme-chien. D'une part, des groupes que l'on dit « hédoniques » (de l'hédonisme, système basé sur le plaisir) parce que l'agressivité ne s'y exprime jamais directement, mais seulement par des rituels de menace; d'autre part, des groupes « agonistiques » (du mot agoniste, «qui provoque le mouvement») dans lesquels l'agressivité s'exprime sous forme d'affrontements physiques. Dans les premiers, c'est par le jeu des canaux de communication visuel et auditif que le propriétaire affirme sa dominance, tandis que, dans les seconds, l'affrontement physique, avec tout ce qu'il a d'aléatoire face à l'animal, est le seul moyen pour garder le leadership. En fait, les groupes agonistiques sont peu nombreux, la plupart des propriétaires répugnant à employer la force.

Commentaires (7)

1. ninisdu77 (site web) 05/02/2013

je kiff les chien

2. Maram (site web) 04/01/2013

j'aimme beaucoup le chien.Merci

3. rania 05/01/2012

slt,sava j'aimme les chien beaucoup merci

4. nadine 27/12/2011

merci beaucoup

5. hanini 26/05/2010

merci

6. LILY38 23/12/2009

Bonjour, trés intéressant tous ces sujets. Je milite pour la cause animale et ce site est trés complet, j'ai un chien et le sujet sur le comportement m'apporte beaucoup de réponses, car nous ne savons pas tous, concernant nos amis les bêtes.

7. charles 10/10/2009

j'aimme les chien alor j'ai etait sur se site
interné

Ajouter un commentaire

 

Les Boutiques partenaires de Sauvegarde-Animaux-Planète 

  zooplus



 

 

L' Actualitè  Animaux-Planète

           

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site